Newsletter Catalogue

Histoire en Condroz

Navigation » Nos pistes » Généalogie & Histoire » Belgique province de Namur

Deuxième ville de la Principauté de Liège, Huy joua dans l’histoire de celle-ci un rôle économique et militaire de premier ordre. 

Les premières traces d’implantation humaine semblent remonter au IIe siècle, mais c’est incontestablement à la fin de l’Empire romain que la ville gagne en importance vu sa place naturellement fortifiée et la proximité de la Meuse, éventuellement guéable à cet endroit. L’époque mérovingienne voit la ville se développer considérablement économiquement ou politiquement à tel point que le sous-sol hutois a livré des vestiges parfois uniques en Belgique ; elle surpassa souvent de loin les autres villes mosanes. On recense également un atelier monétaire à cette époque.

Intégrée à la Principauté par la donation d’Ansfrid, dernier comte de Huy à l’évêque de Liège, la cité se voit attribuer en 1066 la première charte de libertés octroyée au nord des Alpes. Ces franchises sont rachetées à l’évêque Théoduin de Bavière par les bourgeois de Huy en échange de la moitié de leurs biens meubles.

Huy sera alors la place forte de la Principauté grâce à son château dominant le site. Cette situation provoquera de nombreux sièges au XVIIe siècle, la ville étant un enjeu intéressant, disputé entre Louis XIV et les coalisés. La ville sera alors bombardée plusieurs fois ; les réquisitions et les logements de soldats se multiplieront.

Pendant la Révolution et l’Empire, Huy devient sous-préfecture du département de l’Ourthe alors que Ben-Ahin et Marchin continuent à dépendre de Namur. L’information est d’importance pour les généalogistes.

Avec le XIXe siècle, de nombreux industriels s’implantent à Huy. La ville peut alors être considérée comme une cité riche et industrieuse, rôle qu’elle conservera jusqu’aux années 60 du siècle suivant.

Le triangle dessiné par Huy, Ciney et Andenne est couvert de charmants villages dépendant du comté de Namur, regroupant une population essentiellement rurale. Plus tard, le Condroz sera le réservoir humain dont les industries hutoises avaient besoin pour leur développement. Cet exode rural se fit donc en partie vers Huy, autre information intéressant les généalogistes.


A voir aussi...